Problème d’achat de pièces auto sur Internet : que faire ?

Achat de pièces auto sur Internet : les problèmes rencontrés

Acheter des pièces détachées sur Internet est devenu très courant. Cette initiative évite les files d’attente et offre toute une palette de choix. Cependant, une fois chez le garagiste pour son montage, que se passe-t-il si la pièce est inadéquate, défectueuse ou de basse qualité ? Quelles sont les responsabilités du garagiste ? Quels sont vos droits ? Découvrez nos réponses sur les problèmes relatifs à l’achat de pièces auto sur Internet.

Que se passe-t-il si la pièce est inadaptée au véhicule ?

Monter une pièce détachée achetée sur Internet nécessite l’intervention d’un professionnel. Il suffit de trouver un garage autour de chez vous ou de comparer les garages sur des sites spécialisés pour effectuer l’opération. Cependant, si la pièce (achetée sans l’avis d’un professionnel) est inadaptée au véhicule, le garagiste est levé de toute responsabilité.

Pour tout achat sur Internet, l’acheteur a un délai de 14 jours à compter de la réception du produit pour faire valoir son droit de rétractation. La demande se fait par courrier RAR ou sur le site de l’achat. En outre, si les conditions générales de vente ne désignent aucunement un droit de rétractation, le délai peut s’étendre jusqu’à 12 mois.

Que se passe-t-il si la pièce est de mauvaise qualité ?

Avant le montage de la pièce auto, le garagiste vérifie son état. S’il juge qu’elle présente un risque de défaillance ou qu’elle est de basse qualité, il peut refuser de la monter et rien ne peut l’y obliger. La sécurité du client, après le montage d’une pièce, est en effet de la responsabilité du garagiste. S’il ne peut pas garantir le bon fonctionnement du véhicule, il peut refuser légitimement l’intervention. Si tel est le cas, le client peut demander un document justificatif en guise de preuve de son refus.

Avec ce justificatif en main, le client peut demander un remplacement de la pièce chez le vendeur. Ce dernier est dans l’obligation de remplacer ou de rembourser la pièce défectueuse dans un délai de 30 jours après la réception de la demande. Toutefois, le remboursement peut être refusé si le vendeur prouve que la source de la défaillance provient du client.

Par ailleurs, si la pièce présente réellement des défauts de conformité, la marque de fabrique peut être tenue comme réelle responsable.

Et si la panne persiste après le montage de la pièce ?

Si le garagiste s’engage à monter la pièce détachée, il prend toutes les responsabilités s’y rapportant. Concrètement, il est tenu par l’obligation de résultat. Après son diagnostic et le montage de la pièce, si la panne n’est toujours pas résolue, le garagiste enfreint son principe. Dans ce cas, il doit réparer la panne, sans que des  frais supplémentaires soient demandés. Toutefois, s’il prouve que la panne n’est pas liée à son intervention, il peut refuser la demande.

Et si une panne similaire ou un accident survient après quelques mois ?

Toujours du fait de l’obligation de résultat, le garagiste est tenu pour responsable si le véhicule tombe à nouveau en panne pour la même raison ou si un accident survient après la réparation. Il ne peut contester cette responsabilité que s’il prouve que l’incident n’est pas lié à son intervention.